Les infections causées par des bactéries pathogènes qui contaminent les environnements humains (hôpitaux, systèmes de ventilation, etc.) représentent un problème grandissant et cette problématique est accentuée par l’augmentation de multirésistances face aux antibiotiques. Pour contrer cette menace, il faut comprendre la virulence des bactéries pathogènes ainsi que les mécanismes qui permettent leur propagation. Mon programme de recherche poursuit cette thématique. L’étude de la pathogénicité bactérienne repose sur l’usage d’un hôte qui permet de mesurer la virulence des bactéries pathogènes. Une grande part de l’originalité de mes activités de recherche réside dans l’utilisation d’un hôte alternatif, les protozoaires, pour faire l’étude de la virulence bactérienne. De plus, les protozoaires sont suspectés de contribuer à la propagation des infections bactériennes.